Radio Pékin

Mauvaises fréquentations

 

Radio Pékin

 

Quatre heures du matin
sonnent au fond de ma tête.
Les idées noires, rien ne les arrête.
Ma vie se déguise en cauchemar,
si ça dure, c'est pas par hasard.
Elle m'a seulement laissé son autographe,
en dessous des mots « fin de paragraphe »
Un vieux transistor près du lit
chante pour moi, seul dans la nuit.

Radio Pékin parle de demain.
Radio Pékin parle, je comprends rien.
Radio Pékin parle de demain.
Radio Pékin parle, je pense à rien.

Mon réveil agonise depuis minuit.
Je l'ai cassé quand elle est partie.
Peut-être qu'un jour elle reviendra,
si je la guette seul sous les draps.

Radio Pékin parle de demain.
Radio Pékin parle, je comprends rien.
Radio Pékin parle de demain.
Radio Pékin parle, je pense à rien.

Le sens de l'histoire me donne pas d'espoir.
Le sens de l'histoire me jette au placard.

Quand elle est partie,
ma tête était prête.
Maintenant toute cette histoire
me paraît bien bête.
Y'a plus qu'une chose qui me soutient :
Radio Pékin

Je comprends rien, je pense à rien.
Je comprends rien je me sens bien.
Je comprends rien, je pense à rien,
je pense à rien , je pense à rien

Quatre heures du matin
sonnent au fond de ma tête.
Les idées noires m'attaquent,

rien ne les arrête.
Quatre heures du matin
sonnent au fond de ma tête.
Les idées noires m'attaquent,
rien ne les arrête.






27/10/2007

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres