Les ghettos dansent

Mauvaises fréquentations

 

Les ghettos dansent

 

Stoppez les programmes,
débranchez les mémoires.
Restons dans le noir,
restons dans le noir.
Tout a l'air si calme,
sur les écrans y a plus que du brouillard.
Plus rien à voir,
plus rien à voir.
La nuit sera parfaite,
jamais rien ne se passe.
Dans le ciel les planètes
bougent pas souvent de leur place.

Et pourtant les ghettos dansent,
ça résonne dans ma tête.
Et pourtant les ghettos dansent,
personne sait pour quelle fête.
Et pourtant les ghettos dansent
sans joie.
Et pourtant les ghettos dansent
sans toi.
Et pourtant les ghettos dansent.

Personne ne meurt de faim,
personne ne meurt de rien.
Tout reste en place,
tout reste en place,
l'enfer sert à rien.
Quand on a le paradis sous la main,
tout le monde s'embrasse,
tout le monde s'embrasse.
Nos vies sont parfaites,
jamais rien ne change.
Dans le ciel les planètes
font pas plus de bruit que les anges.

Et pourtant les ghettos dansent,
j'entends que ça dans ma tête.
Et pourtant les ghettos dansent,
personne sait pour quelle fête.
Et pourtant les ghettos dansent
sans joie.
Et pourtant les ghettos dansent
sans toi.
Et pourtant les ghettos dansent.

Pleure pas seul face à ton miroir,
laisse tes cauchemars au placard.
Fais voir comment tu danses,
fais voir comment tu danses,
fais voir comment tu danses,
comment tu danses.
Fais voir comment tu danses,
fais voir comment tu danses.

Les ghettos dansent sans joie.
Les ghettos dansent sans loi.
Les ghettos dansent sans toi.
Les ghettos dansent,
les ghettos dansent.






27/10/2007

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres