Elisabeth Franklin

Vertigo

 

Elisabeth Franklin

 

Elisabeth Franklin, t'es pas morte,
Elisabeth Franklin, sur ta porte,
ton testament, ta dernière note
demandait que le démon t'emporte.
C'est fou les conneries qu'on peut dire
quand on a mal, on eut croire au pire.
C'est fou les conneries qu'on peut dire.
Tout ça passe, t'es juste un peu lasse
bientôt t'oublieras sa bouche, sur ta bouche.

Elisabeth Franklin, t'as du bol,
oh Elisabeth Franklin, toi tu voles,
pour Lucifer quand les belles se butent,
on vient souvent qu'après la culbute.
C'est fou les conneries qu'on peut faire
quand on a le temps de s'ennuyer sur Terre.
C'est fou les conneries qu'on peut faire,
rien n'est grave, joue pas les épaves
t'es pas toute seule sur la touche, sur la touche.

Nous joue pas trop Niagara Motel,
les films d'Hattaway, c'est pas ce qu'y a de plus réel.
C'est fou les conneries qu'on peut croire
quand on rêve de vivre une grande histoire.
C'est fou les conneries qu'on peut croire,
l'avenir change même si ça te dérange,
dès que t'es plus seule sous ta douche, sous ta douche.

Elisabeth Franklin, t'es pas morte,
Elisabeth Franklin, sur ta porte,
dessine pas le pont des soupirs.
Elisabeth Franklin, toi tu voles,
Elisabeth Franklin, t'as du bol,
t'as pas besoin de croire au pire.


Elisabeth Franklin, t'es pas morte,

t'es pas morte, t'es pas morte,
oh Elisabeth Franklin, sur ta porte.





29/10/2007

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres