Double aller simple pour Pékin

Nouvel âge

 

Double aller simple pour Pékin

 

Cent cinquantième étage,
deux doigts sur ta gâchette.
Bye bye, bébé pas sage,
c'est ma tête qui est pas prête.
Paraît que ton avenir brille,
passe-moi tes lunettes noires.
Même si la ville vacille,
je vais pas me remettre à boire.

Double aller simple pour Pékin,
tout a l'air tellement normal.
C'est vrai que tu demandes jamais rien
quand tu m'apprends à faire mal,
Quand tu m'apprends à te faire mal.

De l'autre côté du tunnel,
toute seule sous les lumières,
c'est vrai que t'étais trop belle
quand je t'ai jeté des pierres.
Trop de mots pour dire pas de chance,
trop d'heures dans le même matin.
Même si j'aime pas ta danse,
je suis pas revenu pour rien.





24/10/2007

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres