Le fantôme de l'Opéra

Nouvel âge

 

Le fantôme de l'Opéra

 

L'ombre a gagné les coulisses,
seule avec son vieux cœur froid.
C'est l'heure du plus doux supplice,
le plancher s'allume sous tes pas.


Danse, danse, petite folle,
ne pense plus qu'à toi.
Danse, danse, tiens ton rôle,
y a son regard sur toi,
c'est le fantôme de l'Opéra.

Là-bas, loin des lumières,
là-bas, sous l'or et la poussière,
celui qui t'aime attend.
Ca fait longtemps.
L'amour t'attend.
Prends tout ton temps.

L'ombre est sortie des coulisses,
main serrée sur son cœur froid.
La salle est son précipice
et toi tu cries dans d'autres bras.


Danse, danse, petite folle
encore une fois.
Danse, danse, tiens ton rôle,
tu glisses entre les doigts
du fantôme de l'Opéra.

Là-bas, loin des lumières,
là-bas, sous l'or et la poussière,
perdu dans son vieux rêve amer,
cachant ses larmes et sa colère
celui qui t'aime attend.
Ça fait longtemps.
L'amour t'attend.
Prends tout ton temps
L'éternité t'attend,
Depuis longtemps.
L'amour t'attend.
Prends tout ton temps.

L'ombre est sortie des coulisses,
main serrée sur son cœur froid.
La salle est son précipice
et toi tu cries dans d'autres bras.


Danse, danse, petite folle,
ne pense plus qu'à toi.
Danse, danse, tiens ton rôle,
Y a son regard sur toi.
C'est le fantôme de l'Opéra.


Danse, danse, petite folle,
encore une fois.
Danse, danse, petite folle,
ne pense plus qu'à toi.






24/10/2007

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres